top of page
Rechercher
  • Gérard Gomez

Trop beau pour être vrai : Quand Marianne veut nous tromper à pleines dents !


Les variétés spectaculaires sont toujours très recherchées. Et lorsqu’il s’agit de la perforation, le résultat est souvent spectaculaire.


Voici ce que nous dit une annonce sur le site commercial d’un marchand/expert » :

« 25 centimes Decaris carnet de 20 timbres piquage à cheval TTB 1263-C3**

Rare variété sur carnet DU 25cts Decaris, piquage à cheval avec amorce de raccord. Facture certificat comme pour tous nos timbres.

Prix 350 euros »





zoom sur l'intérieur du carnet


Un décalage entre l’impression et la dentelure, décalage vertical ou horizontal, est toujours possible lorsque le réglage du perforateur n’est pas cohérent avec le visuel du timbre (ce qui donne un piquage légèrement déplacé).

Dans le cas qui nous intéresse, il s’agit d’un piquage amplement décalé, et là, c’est tout simplement impossible. Vu que le timbre est imprimé dans le sens vertical, il est fort peu probable qu’il puisse y avoir un décalage horizontal et vertical de la dentelure en même temps. De plus, nous avons un double piquage pour un timbre imprimé en continu (il faudrait donc que la feuille soit passée 2 fois ce qui est impossible).

Nous sommes donc bien en présence d’une falsification.

* * *

Pour mémoire, le système de perforation employé par l’Atelier, dit « à l’emporte-pièce », est resté immuable pendant des dizaines d’années. Dans le cas présent, sur les rotatives typographiques, il s’agit d’une perforation par peigne. Le principe consiste à perforer chaque ligne de timbres sur leurs trois côtés respectifs. Puis, par avancement de la feuille, on perfore la ligne suivante qui va compléter la perforation de la ligne précédente et ainsi de suite. L'avantage est qu'il n’y a qu’une seule ligne de perforateur à fabriquer, et non toute une feuille comme précédemment (avant les rotatives).





Le faussaire n’étant pas très adroit, ou méconnaissant les bases de la fabrication des timbres-poste, je vais mettre en évidence les différents indices qui argumentent la tromperie.



coté Recto :




Coté verso :




Un carnétiste informé en vaut 2…. et un marchand mal renseigné ne vaut rien !


Gérard GOMEZ Président d’honneur de l’ACCP






122 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page